De l'inquiétude à la foi

Vous arrive-t-il de souffrir dans une relation, face à une personne que vous aimez et qui souffre régulièrement ?

 

Pour peu que vous pratiquiez la Communication NonViolente®, ou tout autre approche qui fait honneur à l'écoute empathique, la compassion et l'accueil de l'autre, une part de vous a peut-être déduit de ces enseignements une INJONCTION INCONSCIENTE du type :

 

"Je dois être présent-e avec l'autre quoi qu'il arrive".

 

Cette pensée, qui provient à la base d'une expérience profonde de connexion à l'autre et d'un souhait de vivre cette qualité de connexion à chaque fois, est pourtant destructrice dans le sens où elle est focalisée VERS l'AUTRE.
Elle a simplement omis une chose essentielle : 
Accueillir ce qui est inclut en premier ce qui est EN SOI.

 

Or lorsque nous nous forçons inconsciemment à être avec une personne qui souffre au moment où nous aspirons à vivre plus de légèreté, nous cultivons une VIOLENCE INTÉRIEURE terrible, qui d'une manière ou d'une autre entrera au contact de l'autre, ce qui ne contribuera absolument pas à son soulagement.

 

Plus profondément, nous pouvons observer que sous-jacente à cette injonction vers soi, se trouvent la CROYANCE D'ÊTRE RESPONSABLE (au moins en partie) du vécu de l'autre, et donc une CULPABILITÉ lorsqu'il souffre.
Comme si nous pouvions changer ce que vit l'autre...

 

Connaissez-vous cette culpabilité, qui provient de la pensée comme quoi "Tant que d'autres souffrent, je n'ai pas le droit de rester en paix" ?
Comme si le fait d'expérimenter la paix impliquait d'avoir du mépris pour les personnes qui expérimentent la souffrance, et comme si nous ne pouvions les aider qu'en souffrant avec eux...

 

Non, EXPÉRIMENTER LA PAIX n'empêche en aucun cas de soutenir les autres. 
C'est même une condition pour que le soutien soit réel.

 

Seulement, bien souvent nous avons PEUR de laisser l'autre avec sa souffrance, car au fond nous n'avons pas pas pleinement CONFIANCE qu'il puisse la transcender.

 

 

Cette peur est une pure PROJECTION de notre propre expérience :

quand nous nous identifions à ce qui souffre en nous, nous ne faisons plus l'expérience de notre Nature Originelle
Nous avons le sentiment d'être perdu-e, noyé-e, submergé-e.

Nous ne sommes plus conscient-e que ce que nous sommes est au-delà de cette souffrance, et que nous avons la force de l'accueillir jusqu'à son alchimisation.

 

Et puisque nous ne sommes pas suffisamment conscient-e de ce que nous sommes pour être à l'aise avec la douleur, nous croyons qu'il sera difficile - voire impossible - pour l'autre de l'être.

 

 

Si au contraire nous avons l'habitude de pratiquer la Présence Consciente - qui permet de faire l'expérience de notre Nature Véritable, - nous sommes naturellement conscient-e que l'autre a aussi la possibilité de vivre cette expérience, et donc d'accueillir la souffrance qui traverse son être.

Nous avons foi en sa capacité d'accueil et de transcendance.

 

Cette FOI est le soutien le plus puissant que nous puissions lui offrir.

En entrant au contact de l'autre, elle a le pouvoir de réveiller la foi présente en lui-même.

 

 

 

Nous sommes LA SEULE PERSONNE à pouvoir décider de vivre l'expérience de la Présence Consciente, afin que notre mental s'incline devant la CONSCIENCE DE CE QUE NOUS SOMMES au-delà du plaisir et de la douleur ; et enfin vivre une PAIX PROFONDE, indépendante de ce qui nous traverse.

 

Il en est de même pour l'autre.
Seul-e lui/elle a le pouvoir de vivre ce processus.

 

 

 

...En vous souhaitant une Communion parfumée à l'essence divine ~

 

 

 

Mareva Cremer

 

 

PS : Pour être informé-e des prochaines rencontres, inscrivez votre prénom et adresse mail dans l'encadré jaune intitulé "Newsletter" en bas à gauche sur cette page.

Écrire commentaire

Commentaires: 0